Un appartement à Paris, Guillaume Musso

le

J’ai enfin terminé le livre que j’ai commencé il y a de cela plusieurs mois… « Un appartement à Paris ». Je pourrais mentir et vous dire que je travaille beaucoup, que je suis fatiguée le soir pour lire, que les enfants me prennent beaucoup de temps… (ceci ne serait pas un mensonge), mais non, la vérité est que je n’ai pas réussi à accrocher ni avec l´histoire, et encore moins avec les personnages. C’est bien la première fois que cela m’arrive avec un bouquin de Guillaume Musso. Vous pouvez ne pas aimer ce genre, ou préférer un auteur plus complexe ou plus farfelu, mais ce que j’adore chez Musso est la simplicité et la fluidité des phrases qui vous pousse toujours à tourner la prochaine page, jusqu’à arriver à la dernière et dire : j’en veux plus !

Qui suis-je pour faire une mauvaise critique d’un roman de Musso ? Cependant, je peux vous dire pourquoi personnellement, j’ai eu du mal à aller jusqu’au bout…

Un appartement à Paris

Les personnages

Ceci est vraiment un point essentiel pour moi. J’ai besoin de m’identifier, ou alors de vraiment vouloir les connaître. J’aime tenter d’anticiper et/ou de comprendre leurs comportements et d’imaginer ce qu’ils peuvent ressentir. J’adore quand l’auteur instaure une vraie psychologie derrière ses personnages. Cela me paraît plus convainquant. Madeline et Gaspard sont les deux personnages principaux. Ils ont tous les deux des passés intéressants et des fantômes dans les placards, mais je n’ai pas réussi à accrocher avec eux. 

 

L’histoire

En plus de ne pas avoir pu m’identifier ou me familiariser avec les protagonistes, je n’ai pas aimé l’histoire. En y repensant bien, je me dis que ce n’est pas l’histoire même qui m’a déplu, sinon que les personnages principaux ne font pas partie d’elle. Ils ont un rôle trop passifs. C’est bien la première fois que je n’arrive pas à m’imprégner d’une l’histoire de Musso.  

 

La fin

Ils meurent tous dans d’étranges circonstances… hahahah bien sûr que je ne vais rien vous dévoiler… Je ne voudrais pas gâcher le plaisir de ceux qui aimeront ce roman, mais j’ai trouvé la fin un peu… Comment dire… Un peu tiré par les cheveux, ou du moins trop rapide. J’aime les fins heureuses, mais aussi celles qui me donnent envie de pleurer. J’aime les fins surprenantes ou celles qui paraissent les plus adéquates à la situation et aux personnages. Mais je n’aime pas les fins où le premier mot qui me vient à l’esprit est : vraiment??? J’ai eu envie de lui dire : Guillaume, tu crois réellement que je vais croire à ça?. Pour moi, car oui je donne ici mon avis, je ne prétends pas faire LA critique universelle du livre, il manque des détails pour que j’arrive à croire à cette fin !

 

Donc, oui, j’ai eu du mal à achever ce livre, mis l’auteur m’inspire trop de respect pour ne pas avoir eu l’envie de connaître jusqu’au bout l’histoire de Madeline et Gaspard. Je ne pouvais pas rester sur ce sentiment, et tout de suite après avoir tourné la dernière page, j’ai attaqué un autre : « Parce que je t’aime ». Je l’ai dévoré… Je vous en parlerais très prochainement. Il s’agit de son cinquième livre.

Parce que je t'aime

Quelqu’un l’a lu ?

Please follow and like us: