Asphalte : la fille de la ville

La semaine dernière, Ma proposait pour son projet le mot agriculture. Par faute de temps et d’inspiration, je n’ai pas participé. Et puis, j’ai pensé : moi, je vais devoir mettre une photo « verte ». Ce n’est vraiment pas moi … ! J’ai tout de suite pensé que si elle avait proposé la ville, le bitume, la foule, l’inspiration aurait été plus facile. Et bien voilà, c’est fait. Alors oui, ce n’est pas la ville, mais l‘asphalte, mais nous restons dans la même catégorie. Étant une fille de la campagne, petite, je n’avais qu’un rêve : rejoindre la ville, la foule, le bruit. 

Asphalte Amicalement Votre Site
Asphalte Amicalement Votre Site

Je ne me réveille plus avec le doux chant des oiseaux, sinon par les rideaux métalliques qui ouvrent et ferment violemment des commerces voisins, par le ramassage des poubelles en pleine nuit, par les fêtards perdus qui cherchent désespérément à retrouver le chemin de leur hôtel ou le prochain bar à fréquenter. Je vis en plein centre de Barcelone, à deux rues de la Mairie. Le passage est constant. L’asphalte est piétiné, martelé, écrasé, sali.

Mais qu’est-ce que je l’aime cet asphalte. Il représente tout ce que les gens n’aiment pas. La saleté, le froid et la dureté, mais pour moi, il représente mon quotidien. Il est rassurant, facile, stable. 

Je l’aime pour tout ce qu’il ne représente pas, et pour le confort qu’il me donne. Je n’ai plus à marcher deux kilomètres à pied pour aller prendre un bus sans croiser ni âme. L’asphalte me permet de garder mes talons loin de la boue. Et puis, avec lui, je n’ai pas à aller bien loin pour aller prendre un café, aller à pied chercher le pain, prendre un taxi. Je n’ai qu’à suivre son chemin bien dessiné, sans changements de niveau naturels. 

La fille de la campagne est bien enterrée ! Même si elle aime se ressourcer en vacances, aller au vert, elle préfère ce bitume froid, sale et gris, car l’asphalte l’a libérée !

Please follow and like us: