C’est moi qui l’ai fait !

Captura de pantalla 2017-05-12 a las 12.35.15

Je ne connais pas une maman (même si ça doit exister) qui n’éprouve pas l’orgueil d’avoir traversé l’expérience d’un accouchement. Oui, nous sommes fières d’avoir réussi à sortir le monstre !

J’ai enfin compris ce que certaines mamans voulaient dire lorsqu’elles disaient que leur accouchement était l’un des plus beaux jours de leur vie. Ce n’est pas qu’elles oublient les longues heures de souffrance, sinon qu’elles ne voient plus que le moment si précieux où elles ont vu leur petit bout pour la première fois.

Jusqu’à présent, je me moquais en pensant qu’elles fabulaient, qu’elles étaient folles de penser cela. Et surtout, je me posais la question comment faisaient-elles pour mettre de coté tous ces souvenirs douloureux. Je veux me justifier en ajoutant que le mien a était spécialement long (40h) et très éprouvant, j’en parlerai certainement un autre jour.

Mais pour en revenir à cette sensation que l’on ressent de voir notre bébé pour la première fois, il faut bien avouer que c’est très fort ! Nous restons là ébahies, à ne plus savoir que dire, nous ne connaissons pas de mots qui pourraient rendre justice à ce que nous voyons.

Il faut reconnaitre que les drogues qu’ils nous donnent, nous aide à nous sentir phénoménal. Le corps se relâche et nous pouvons pleinement savourer ce moment de victoire où nous sentons cette préciosité contre notre peau.

Et celles qui ont opté pour un accouchement naturel, connaissent également “l’effet planage” comparable à celui que produisent les drogues des médecins. La nature est bien faite, et notre propre corps produit des hormones qui nous aident à passer cette fatalité réservée aux femmes, pour je ne sais quelle raison. Nous ne pouvons détacher notre regard de notre bébé. Et nous pensons : c’est moi qui l’ai fait ! Nous sommes imbues de notre personne et c’est normal, un accouchement ce n’est quand même pas rien. Si nous jubilons de fierté, la première fois que nous réussissons notre fondant au chocolat, imaginez-vous ce que c’est pour un accouchement !

En plus, nous sommes toutes fiérotes d’annoncer que notre bébé mesure 50 cm. Son poids aussi, est un élément que nous mentionnons, mais ça c’est pour justifier notre propre prise de poids ! À voir, la fiche technique accrochée au pied du lit, on enseignera toujours à nos amis le poids et la taille du bébé. Pour celles qui disent que cela n’a pas d’importance… Menteuse ! (à part si tu as un petit 🙂 ) … Bien sûr que la taille est importante !

Une autre chose à mentionner : notre bébé sera toujours beau. C’est la règle. Ça aussi, c’est quelque chose qui a changé pour moi depuis que je suis maman. Avant de l’être, il m’était très difficile de penser qu’un nouveau-né soit beau, mais lorsque j’ai eu les miens, j’ai compris ! Quand les médecins m’ont déposé les enfants sur le torse, je les ai trouvés magnifiques… Même si un avait les yeux tout collés et l’autre que sa touffe lui mangeait son petit front et qui me faisait penser à un petit orque des seigneurs des anneaux, je pensais bien qu’à peine sorti de l’hôpital, je devrais contacter mon ami qui travaille dans la publicité pour lui présenter ses nouveaux clients !

Et oui, l’amour rend aveugle ! Mais l’amour n’est pas le seul facteur ici, le bébé est comme la récompense de tout ce que l’on a sacrifié pendant de longs mois : tabac, alcool, diversions, sushi, missionnaire ! On ne peut qu’être insolente d’avoir réussi à sortir ce beau gigot de 3 kilos par là où il est sorti!!! On ne va quand même pas se priver de ce luxe gratuit !

Captura de pantalla 2017-05-12 a las 12.35.26

Please follow and like us:
tonnick
support@alcalina.net