Elle, ma dépendance

le

Elle, ma dépendance. Je ne peux pas me passer d’elle et pourtant, je commence enfin à ouvrir les yeux.

Je ne suis pas idiote, je sais au fond depuis le début qu’elle me fait du mal et que si je continue à ne pas pouvoir m’en éloigner, elle arrivera à me détruire totalement. Et pourtant, je n’arrive pas à me la sortir de la tête, je pense constamment à elle et le pire est que j’organise toute ma journée en fonction d’elle. Elle partage toujours mon premier café, mes repas, mes pauses. Elle m’accompagne tout au long de la journée et est toujours présente avant d’aller me coucher. 

J’ai même cru pendant très longtemps qu’elle me rendait plus sexy ! 

Surtout autour d’un verre. J’étais capable de refaire le monde avec elle. D’ailleurs, je ne m’imagine pas une seconde aller dans un bar ou même juste sortir de chez moi sans elle. Elle, si vicieusement bonne, ne peut être loin de moi. Mes doigts la frôlent, la pressionnent. Je l’allume pour mieux la tirer. Ma bouche a comme une marque de sa constante présence. C’est fou quand on y pense, elle, que je ne considérais que comme un accessoire au début, s’est vite transformée en une relation de longue date. Je ne peux m’imaginer sans elle, et pourtant, je sais qu’un jour ou l’autre, je devrais l’abandonner avant qu’elle emporte tout sur son passage. Je ne m’en relèverais pas. C’est certain !

 

Je la côtoie depuis tellement longtemps…

Elle a même réussi à changer ma gestuelle, ma façon de parler, de respirer. Ma dépendance.  Je l’ai dans la peau. Jusqu’à quand vais-je lui donner autant de pouvoir ? Qu’est ce que je vais faire de mes doigts si elle n’est plus là? De mes mains ? De mes pauses ?

 

La clope, ma dépendance

En retombant sur un post de ma chère Sand, j’ai voulu faire ma version et puis les mots se sont écrits tout seul…

Même si sans m’en rendre compte, j’ai réduit ma consommation, elle est toujours la première chose que je vérifie de mettre dans mon sac avant de sortir de la maison. Juste à côté de mes clés, de mon portefeuille et de mon rouge à lèvres, se trouve mon paquet de cigarettes. Comme je vous le disais au début, je sais que je suis dépendante totalement à la clope, mais je pense pour la première fois à au moins songer à arrêter. Pas tout de suite, mais un jour ! En écrivant cela, je prends conscience que mes amis de longue date, risquent m’appeler pour manifester leur grande surprise. Heureusement, tous mes amis ne parlent pas français et d’ailleurs se foutent de mon blog hahahah, mais je peux vous assurer que si c’était le cas, mon téléphone chaufferait !

Donc voilà

Je ne dis pas que demain, j’arrête, mais l’idée commence à s’immiscer. Il faudra très certainement beaucoup de temps pour que l’idée se concrétise davantage, mais il faut un début à tout, non ?

Sur ce, je vous laisse, je vais m’en griller une !

Please follow and like us: