Les enfants et la loi du plus fort

le

Comment peut-on enseigner à nos jeunes enfants à se défendre ? Comment peut-on éviter qu’ils souffrent de certaines injustices ? Peut-on les laisser passer cette étape seul ? Ce que nous leur apprenons de petit, dictera leur conduite d’adulte, alors comment doit-on s’y prendre ? Voilà une nouvelle préoccupation pour moi. Les enfants grandissent et les problèmes évoluent. Me voilà confronté à des questions nouvelles.

 l’élément déclencheur

Mes loulous ont fêté leurs 4 ans cet été et ils sont dans une toute autre phase. En effet , je n’ai plus à me préoccuper qu’ils s’échappent du parc ni à contrôler qu’ils avalent tout ce qui passe entre leurs mains. Cependant, de nouvelles préoccupations surgissent.

La semaine dernière, en marchant dans la rue, j’ai croisé deux enfants de 5/6 ans qui se disputaient pour une trottinette. L’un d’eux a commencé à mal parler à l’autre, et en réponse le second a poussé violemment le premier. En moins d’une minute, les voilà qui ont commencé à se bagarrer comme chien et chat. Ils se sont mis une bonne raclée et les mères, en face, qui discutaient ne se rendaient pas compte de la scène. Jusqu’au moment où des cris et des pleurs ont fait interrompre leur conversation. De là, me vient la question : doit-on leur apprendre à se défendre, pour qu’au moins ils sachent esquiver les coups ? Car oui, malheureusement, il ne faut pas se leurrer : des coups, ils en prendront. Ce n’est quand même pas l’unique solution. Non?!? Il y a d’autres options qui s’offrent à nous.

 

 La loi du plus fort

Nous avons beau vouloir protéger nos enfants de tous les dangers, il y aura cependant des choses auxquelles ils ne pourront échapper. Comme nous le savons tous pour y être passé, le cursus scolaire n’est pas de tout repos. Bien au contraire. Ceci n’est un secret pour personne. Et eux, sont sur le point de le découvrir. Il y aura toujours plus fort qu’eux. Ils passeront de sales journées où un de leurs camarades aura décidé qu’aujourd’hui les choses se font comme il le souhaite et que s’ils ne sont pas d’accords, les coups tomberont.

Néanmoins, nous ne pouvons pas constamment surprotéger nos enfants. Ils ont aussi besoin de passer par ces étapes pour grandir. Par cela, ils apprendront à affronter les moments conflictuels. Comme quoi la phrase : « ce qui ne te tue pas, te rends plus fort » est déjà applicable pour des enfants, même très jeunes.

 

 Les options peu convaincantes

À un enfant de 4 ans, nous ne pouvons pas lui dire : la communication verbale est la clé pour résoudre tout problème. Cependant, nous ne pouvons pas non plus lui dire « mon chéri, si quelqu’un t’embête, tu frappes le premier ». Néanmoins , deux choses sont bien claires dans ma tête. La première est que je ne souhaite pas que mes loulous appliquent la théorie de « tendre l’autre joue ». La deuxième est que je ne veux pas non plus qu’ils courent se cacher en pleurant, sous les jupes de maman ou de la maîtresse pour rapporter le moindre problème avec un compagnon de leur classe.

Alors que faire ? Mes questions restent sans réponse.

Comme tous parents, je regarde en arrière et pense à ce que mes parents m’ont appris. Nous avons tendance à reproduire le même modèle que nos progéniteurs ont appliqué. C’est ce qui nous sert de base.

 

 Mon expérience comme enfant

Ayant des frères et sœurs plus âgés, je me sentais toujours protégée. Cependant eux aussi savaient qu’ils ne seraient pas toujours derrière moi pour me défendre. Je devais apprendre par moi-même. Et je dois reconnaître qu’ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère.

Il y avait deux règles d’or chez moi concernant le thème. La première était très simple : « si tu reviens à la maison avec un cocard, tu as intérêt à ce que le responsable de celui-ci, ait les deux yeux au beurre noir ». La deuxième règle était : « si tu dois utiliser la violence fait le devant ceux qui pourraient vouloir te chercher des noises, ainsi tu les en dissuaderas».

J’avais plus peur de ce que l’on me ferait chez moi qu’à l’école. Je dois bien avouer que je craignais mes parents à la voix et qu’ils n’ont jamais posé une main sur moi. Ils n’en avaient pas besoin. En effet, un seul regard sombre de mon père, était suffisant pour me remettre dans le droit chemin.

 

 Les armes nécessaires pour éviter un conflit.

Même si le modèle d’éducation de nos propres parents nous sert de base, il n’est pourtant pas toujours celui que nous choisirons. En effet, je préfère tenter une autre approche. Par ma propre expérience, je sais que si je prenais le même chemin, mes loulous pourraient par la suite, développer une conduite de violence. Régler les confrontations par les poings n’est pas l’unique solution (eh oui, l’éducation laisse des traces). Si justement ce que nous leur apprenons aujourd’hui définira plus tard leurs aptitudes à gérer les conflits, je préfère leur donner d’autres armes. Bien évidemment, il faut se mettre à leur niveau. Après tout ils n’ont que 4 ans.

  • le partage et politesse : il est important qu’ils comprennent que tout doit être partagé. Et que si en plus, c’est demandé de façon courtoise, on ne peut refuser.
  • L’entraide : j’approuve toujours exagérément lorsqu’ils aident quelqu’un. Si son frère tombe, il est normal qu’il lui donne un coup de main pour se relever.
  • L’écoute : leur apprendre à être attentif lorsque quelqu’un leur parle. Ils doivent être conscients qu’ils ne sont pas les seuls à désirer certaines choses.
  • Le pardon : dire pardon lorsqu’ils ont fait une bêtise ou dire pardon lorsque le jeu est allé trop loin et qu’ils ont blessé l’autre est une règle qui ne devrait pas passer à l’as.
  • L’amour : les enfants ont besoin qu’on leur dise je t’aime. D’ailleurs, qui non ? Nous devons être démonstratifs avec eux.
  • L’empathie : même s’ils ne comprendront peut-être pas la complexité du concept, il n’est jamais trop tôt pour cela.

 

 

Après tout, nos loulous sont des perroquets, ils reproduisent tout ce qu’ils entendent. Tout ce qu’ils voient. Donc, si nous-mêmes nous appliquons ces règles à la maison, il ne devrait pas être difficile qu’ils les reproduisent et copient.

Et vous, quelle serait votre méthode ? Comment vous gérez la situation ?

Please follow and like us: