La maman, la bête noire du travail

le

On a beau dire ce que l’on veut, les mamans sont toujours celles qui trinquent des plus mauvaises réputations au travail. Elles sont critiquées, mises au placard et sont plus facilement sujettes aux petites réflexions déplacées. Comment les mamans sont vu au travail par leurs patrons et par leurs collègues ? Peuvent-elles être considérées comme la bête noire du travail ? De qui viennent ces reproches et comment peut-on y faire face ?

 

Qui nous considère comme la bête noire ?

 

Les employeurs et les futurs employeurs

Les patrons sont bien évidemment ceux qui rechignent à nous embaucher. Leurs craintes s’adressent aussi envers les jeunes femmes qui ne sont pas encore maman, mais qui sont en position et en âge d’en devenir une. Et s’il n’a pas le choix parce que l’on fait déjà parti de son équipe, il ne va pas se réjouir de la nouvelle. En effet, il sait que dorénavant, il va devoir gérer une situation délicate. Il sera confronté à une employée qui aura d’autres obligations que celles de son travail. D’autres priorités. Il ne pourra plus lui demander de faire des heures extras le weekend, car celle-ci rechignera et préférera aller voir son fils jouer son match de foot. Elle sera certainement aussi plus absente que les autres membres de son staff. Et oui, malheureusement nos enfants sont un peu plus malades que 3 jours dans l’année. Croyez-moi, nous sommes les premières à en être attristées.

Les personnes sans enfants

Bien évidemment, on va toujours râler lorsque l’on donne la préférence aux mamans pour les vacances d’été et celles de Noël. Après tout pourquoi ne n’aurions nous pas le droit de passer Noël en famille lorsque nous n’avons pas d’enfants ? J’avoue qu’avant d’être mère, j’étais la première à le penser. Je n’ai pas toujours voulu avoir des enfants et je n’étais pas tendre avec mes commentaires. Après tout chacun pour sa pomme !

Les femmes

Et oui, nous sommes les premières à nous juger. Entre nous, nous sommes horribles. Nous devrions nous soutenir, nous épauler, mais quelque chose en nous nous y en empêche. Combien existe-t-il de post, de dessins caricatures, qui critiquent les mamans ? Un nombre incalculable ! Trop pour être énuméré !

 

Comment y faire face ?

S’en moquer

Avant tout, si l’on tient beaucoup à son job et qu’il est important pour nous, il est essentiel de s’organiser et d’être bien entourée. Après en tant que mamans nous tentons toujours de mettre les bouchées doubles pour compenser, parce que nous savons que d’emblée nous partons avec les mauvaises cartes en main. Et si après quelqu’un ne peut pas comprendre que nous devons faire face et en priorité à l’équilibre de notre famille, il n’y a pas grand chose à faire. Il ne nous comprendra jamais. Ce serait comme pisser dans un violon. Alors nous devrions nous moquer d’être considérée comme le maillon faible.

L’union fait la force

Nous nous sentons comprise et soutenue lorsque nous nous entourons de personnes qui vivent la même chose. Donc tout le contraire de la bête noire ! Après tout, nous ne plairons jamais à tout le monde. Il faut bien reconnaître qu’entre mamans, nous nous comprenons mieux. C’est pour cela, j’imagine que les mamans ont souvent des amies mamans. Nous nous sentons moins facilement jugées.

 

La bête noire en action

Nous sommes donc plus souvent en retard que les autres (pas facile de prévoir la petite crise de la chaussette qui gratte et qui nous demandera beaucoup de patience pour gérer la situation, mais surtout 10 minutes de plus pour sortir de la maison). Nous sommes même plus absentes que les autres collègues parce que nos enfants sont malades sans prévenir et plusieurs fois dans l’année (mais comment osent-ils ces petits morveux ?!). C’est un fait ! Et puis, nous sommes aussi bien souvent de très mauvaise humeur, car notre quota de patience a déjà était atteint (référence à la chaussette du haut). 

 Mais au fond, nous avons tous des bonnes excuses pour ne pas être l’employé du mois, c’est juste quelles sont différentes.

Si nous étions capables d’avoir des jobs plus flexibles, des collègues et des employeurs moins réfractaires, peut-être pourrions nous sentir moins coupables. Certainement que nous serions aussi plus productifs et surtout plus heureux de vivre la vie que nous souhaitons.

bete-noire-travail-maman
bête-noire-travail-maman

Mais ne réveillez pas la panthère (noire…) qui est en nous… elle peut aussi mordre !

 

 

 

Please follow and like us: