La vasectomie, toujours sur le banc de touche

Pourquoi sommes nous toujours les dernières à penser à nous. Est-ce notre marque de fabrique ? Notre faiblesse. Ou encore notre incapacité à ne pas pouvoir sortir des sentiers perdus ?

Hier, autour d’un café avec une amie, nous parlions de règles, de grossesse et des choix qui tournent autour. La contraception était l’une des invités à cette table. Thème peu fleuri, je vous l’accorde. Cependant, je ne froisserais personne en disant que ce n’est pas un sujet de conversation anodin entre deux mamans qui passent beaucoup de temps ensemble.

Je rentre dans le thème, ne vous inquiétez pas. Pourquoi la vasectomie est-elle toujours une option sur le banc de touche ? Oui, dites-moi pourquoi ? Je parle ici de quand un couple est d’accord qu’un quatrième enfants ne les rendra pas plus heureux et qu’il est temps de prendre une décision finale.

1- L’homme

Autant je peux comprendre qu’un homme sente que sa virilité soit en péril lorsque l’on lui parle de vasectomie. Après tout, il n’est pas sans savoir que cette opération, aussi infime soit-elle, se pratique directement sur ce qu’il considère de plus audacieux chez lui. Son sexe est ce qui le différencie physiquement de la femme. D’ailleurs, vous n’avez qu’a faire le test suivant pour le vérifier. Il suffit juste de prononcer le mot vasectomie pour qu’il fasse les gros yeux et se mette directement les mains au paquet avec une grimace de douleur. Oh la chochote ! On dirait qu’on lui parle d’une expérience barbare et inconcevable, testée seulement sur des rats de laboratoires. Il ne nous prend même pas au sérieux.

2- Mais nous les femmes….

Pourquoi nous avons la même appréhension du thème? Pourquoi pensons-nous que nous ne pouvons pas infliger cela à notre monsieur ? Avant même de le considérer comme une vraie possibilité, nous nous renseignons sur une ligature de trompe ou sur les méfaits de la pilule sur le long terme. C’est comme si nous étions d’accord sur le fait que nous sommes les responsables dans le couple et celles qui doivent souffrir pour protéger l’autre. Celles aussi qui se sacrifient en premier.

Cette sensation de culpabilité est trop bien ancré dans nos gènes… Nous sommes le maillon faible, alors, allons nous faire charcuter en premier… BOOLSHIT.

 

3-  Définition

La vasectomie ou ligature des canaux déférents est une opération chirurgicale utilisée comme méthode de stérilisation ou de contraception RÉVERSIBLE. Elle consiste à sectionner ou bloquer les canaux déférents qui transportent les spermatozoïdes chez des individus mâles.

Il ne s’agit pas de faire une comparaison avec une ligature des trompes.

Il ne s’agit pas non plus, de contraster les risques de ces opérations avec les méfaits de la pilule sur nous sur le long terme. Non je ne vais pas évoquer les problèmes d’acné, de prise de poids, de jambes lourdes, de mastodynies (douleur mammaire uni ou bilatérale), de dysménorrhée (difficulté de l’écoulement des règles), ou de saignements. ( PARDON).

Je ne vais pas non plus citer les risques et les éventuelles contre-indications  en cas de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’obésité, d’hypertension artérielle sévère, de maux de tête ou de migraines accompagnés de symptômes neurologiques, de cancer du sein ou du col de l’utérus. ( OUPSI, ENCORE PARDON).

Rassurez- vous (ou non d’ailleurs) car j’ai restreint la liste pour les âmes sensibles, mais oui, tous ces risques ne sont pas à prendre à la légère.

 

4- les femmes encore plus fortes…

Même après avoir traversé (comme des championnes) et connue (avec orgueil) l’expérience d’un ou plusieurs accouchements, nous continuons inconsciemment à vouloir aussi prendre la responsabilité de ce qui suit. Pourquoi ne pas considérer viable que l’homme peut s’en charger dans cette tache ? Et pas simplement en nous rappelant de prendre la petite pastille contraceptive !

Mes propos sont-ils vraiment incohérents ? Ou peut-être sont-ils choquants ? Je ne pense pas. Alors pourquoi ne pas l’envisager ?

 

5- La vasectomie n’est pas une castration

Comme je le disais un peu plus haut, les hommes associent leur virilité avec leur membre. Ceci n’est pas une tare en soit, s’ils considèrent que ce n’est pas le seul et l’unique qui fait d’eux des hommes.

Pour ma part, je sais que je suis très chanceuse de ne pas avoir eu à le convaincre ou le dissuader dans sa décision. Au moment venu, où nous savions tous deux que nous ne voulions plus d’enfants, nous avons évoqué toutes les options. J’ai bien dit TOUTES. Il s’avère que nous étions d’accord ( j’avoue qu’au début, moi un peu plus que lui) pour la vasectomie.

Ais-je un mari plus compréhensif et plus ouvert ? Ou ais-je été plus convaincante que les autres ?

Je ne serais vous dire.

Je sais aussi la chance que j’ai d’être née en Europe et à cette époque. Cependant ce n’est pas une raison pour ne pas tenter de changer les mentalités et sortir des sentiers battus. Ce n’est pas parce que les femmes acceptent ce sacrifice depuis des années que nous devons nous même continuer dans cette lancée sans au moins nous remettre en question.  Car même si de nombreux hommes le pensent, la vasectomie n’est pas une castration.

Amicalement votre,

 

Please follow and like us: