Nina la suite : la page blanche

le

Je sais que je devrais déjà avoir commencé la suite de mon roman. Mon livre devrait être publié cette année, et je ne veux pas trop attendre pour lui écrire une suite. J’ai des idées plein la tête. Un résumé qui tient la route, mais je n’arrive pas à travailler sur le squelette. Je devrais peut-être me lancer sans, et aller au feeling, mais je n’aime pas l’idée. Je tiens à pouvoir avoir une base. À savoir où je mets les pieds et surtout à travailler méthodiquement. Avoir un début qui attire l’attention, une continuité qui coule de source et une fin réaliste. Vous l’avez compris, j’aime savoir où je vais, ou du moins où Nina va. Mais je n’y arrive pas. Cela fait déjà quelques semaines que j’y pense, mais la feuille reste blanche. 

À l’heure où j’écris ces quelques mots, j’ai mon Word ouvert avec en gros titre « squelette », mais le reste ne vient pas. 

À chaque fois que j’ai un moment de libre, je me dis que je n’ai pas assez de temps devant moi pour réellement commencer.

Je me dis que je devrais plutôt :

  1. Faire ma couleur, car le gris ne me va pas bien au teint
  2. Terminer avant l’activité des parents pour les loulous que la maîtresse ne cesse de me répéter
  3. Prendre un café avec les Spice girls. Oui, entre la vie familiale, le boulot et Tinder nous ne nous voyons plus autant qu’avant.
  4. Mater un ou cinq épisodes de ma série du moment. En effet, cela pourrait me détendre.
  5. Profiter d’un petit lunch avec mi Amor. Ça aussi cela fait longtemps.
  6.  Écrire un super post sur le blog, pour lui, c’est sûr que j’ai les idées qui viennent plus facilement…
  7. Asticoter ma baignoire, elle en aurait bien besoin.

 

Bref, vous l’avez compris… 

Le titre du Word n’est pas prêt d’avoir des compagnons de jeu d’ici tôt… Oui, la suite de Nina risque se faire désirer. Allez Leti, bouge toi et creuse toi la cervelle. Le premier, je l’ai écrit tellement facilement, sans me prendre la tête, que je me sens confrontée à un challenge pour la suite. Quand j’écris ici sur le blog, je n’ai pas besoin d’avoir un plan. Alors peut-être que je devrais en faire autant, mais je ne peux me résigner à ne pas maintenir une certaine rigueur.

Aller, demain matin, je vais déposer les loulous et j’ai trois heures de libre… je m’y mets.  Je vais écrire les grandes lignes du livre qui me servira à créer mon plan pour que l’histoire soit le plus fluide possible.

Et pour vous, qu’il s’agisse de votre blog, de vos nouvelles ou de vos romans, cela se passe comment quand vous écrivez?

Please follow and like us: