Je ne suis plus fashion

Je ne suis plus fashion

Je dois avoir des goûts démodés, ou trop classiques, mais une chose est sûre est que je ne suis plus fashion et que cela ne fait pas que du bien à entendre.

Disposant d’un peu plus de temps libre, me voilà partie pour une heure de shopping. J’ai dit que j’avais un peu plus de temps libre, pas que je ne glande plus rien… Donc oui, me voilà préparée pour ma nouvelle mission : celle de m’acheter un nouveau jean qui remplacera mon préféré qui vient de rendre l’âme à mon grand désespoir. Chaussée de mes super tennis qui s’enlèvent très facilement et qui me faciliteront la tache, je décolle de la maison.

L’expédition

Je rentre dans la première boutique et j’en fais le tour rapidement. Je prends deux ou trois pantalons qui semblent être les plus proches de ce que je recherche et je file direction les cabines d’essayage.

Le premier est trop petit et tellement fin que je peux voir à travers. Je peux fermer le deuxième sans rentrer excessivement mon ventre, mais j’ai quand même du mal à respirer, car il me va presque sous les seins. Quant au troisième, je tente désespérément de tirer dessus pour qu’il me couvre les chevilles. Je ressors de la cabine et demande conseil à la première vendeuse que je croise, mais malheureusement, je ne trouve pas mon bonheur dans tout ce qu’elle me propose. Du coup, moi qui voulais un jean, voir deux si je suis chanceuse, je ressors de la boutique avec 3 tops.

Même procédé, même résultat

 Je ne capitule pas et rentre dans la deuxième boutique. Je dois bien reconnaître que la vendeuse est patiente. En effet, je lui explique bien ce que je cherche exactement et qui au fond n’est pas trop sorcier. Un jean régulier : une taille pas trop haute, avec une matière de jean et non de legging, des poches avant, des poches arrière, pas de trous et dont la longueur arrive sur les chaussures. Je n’arrive pas à me faire à cette mode qui montre les chevilles. En été, ok, je tolère d’avoir le feu au plancher mais en hiver… Je vois bien qu’elle est embêtée de ne plus rien avoir à me proposer, mais d’un coup, je vois une étincelle dans ses yeux. Alors avec son plus beau sourire de vingt ans, elle me répond : « ahh peut-être dans la section vintage !»

Tout est dit : je ne suis plus fashion … et je reste sans pantalons !

Please follow and like us:
error